devise bandeau

Search

Accueil email

Dieu notre seul législateur

Par Richard Anthony

Page tirée du site " Plein Feux Sur L'Heure Juste. "

 

Il faut admettre que les pouvoirs temporels ne peuvent jamais conduire à la rédemption. La plupart des « chrétiens » ont accepté les Codes Injustes des États, au lieu d’insister pour que les États suivent les lois du Dieu Tout-Puissant. Cet article va examiner la différence entre les deux. Entre la loi et la force. Les royaumes de ce monde utilisent la force, parce qu’il n’y a aucun amour dans ce qu’ils font. Alors que le royaume de Dieu se sert de la loi, parce que l’amour est l’accomplissement de la loi (Romains 13:8).

La démocratie aujourd'hui, c'est quoi ?

wtc
Cliquez sur l'image

Il n’y a qu’un seul législateur (Jacques 4:12). Et ce législateur est le Seigneur (Esaïe 33:22). L’homme n’a pas le pouvoir de faire des lois, mais seulement le pouvoir d’émettre des « ordonnances » qui renforcent les lois déjà existantes, lesquelles sont les lois de Dieu. Obéir aux supposées « lois » fabriquées par les autorités qui régissent ce monde, c’est mettre de côté l’Évangile de notre Seigneur, et se placer sous l’autorité d’un gouvernement distinct, autre que la Sienne.

Les serviteurs du Christ ne sont des citoyens d’aucun pays sur cette terre, car notre citoyenneté est dans les cieux et notre loyauté va d’abord à Dieu, non pas à « notre » pays (Éphésiens 2:19, Philippiens 3:20). Le nôtre est un bien meilleur pays céleste (Hébreux 11:16).

Tout au long des Écritures, les gouvernements ont toujours été des leaders pour amener les gens au péché (Daniel 3:4-6, 1 Rois 12:25:33; 14:21-24, 2 Rois 13:2; 17:21; 21:11,16, 2 Chroniques 21:6,11-13, Ésaïe 9:16). Dieu a condamné Israël pour avoir voulu être dirigé comme les autres pays, par un roi humain (1Samuel 8:4-5,20). Quand ils ont choisi d’être dirigés par un chef de file humain, notre Père a considéré cela comme un rejet de Lui-même parce qu’Il ne règnerait plus sur eux (1 Samuel 8:7; 10:19). Le peuple a plus tard réalisé l’ampleur de leur péché contre Dieu quand ils ont demandé à être gouvernés par un gouvernement humain (1 Samuel 12:19). Remarquez que leurs rois n’ont jamais eu le pouvoir de faire de nouvelles lois et leurs rois les meilleurs et les plus sages n’en ont jamais fait, comme dans les cas de David et de Salomon. Lorsqu’un retour aux voies du Seigneur était fait parmi eux, comme pour Ézéchias et Josias, ce n’était pas en créant de quelconques nouvelles lois, mais en remettant les lois initiales en force, et en demandant et en exigeant que les juges et les autres officiels agissent conformément à ces lois.

Parce que servir un roi terrestre  ou son gouvernement, revient à servir d’autres dieux (1 Samuel 8:8-9), ce qui est en violation totale avec le premier commandement (Exode 20:3). Il est diabolique et reste un péché de demander à être gouverné par un gouvernement humain, au lieu de l’être par Dieu (1 Samuel 12:17-19). Notre Père a condamné Israël pour avoir suivi les lois de leur gouvernement désobéissant (2 Rois 17:7-8). Il a rejeté ceux qui ont suivi les lois des gouvernements au lieu de Ses commandements (2 Rois 17:19-20). Il a spécifiquement ordonné de ne pas suivre les ordonnances des gouvernements terrestres, mais de suivre Ses lois et Ses ordonnances à la place (Lévitique 18:1-5). Tout au long de l’histoire d’Israël, la majorité des rois d’Israël ont fait ce qui était méchant aux yeux du Seigneur (1 Rois 11:4-9, 2 Rois 8:18), ce qui démontre que la plupart des dirigeants et des gouvernements sont corrompus à cause de leur nature charnelle (Romains 8:7). Les Juifs ont finalement choisi l’Empereur César au lieu du Roi Jésus (Jean 19:15 ). Ceux qui font de même sont tout à fait comme eux.

Le devoir de l’homme est de vivre selon les commandements de Dieu (Ecclésiaste 12:13), pas ceux des  hommes qui nous détournent de la Vérité (Marc 7:7, Colossiens 2:20-22, Tite 1:14). Quel autre devoir peut-il y avoir pour un serviteur du Christ que d’exécuter la loi de Dieu (Romains 13:8) ? Quand nous prions, nous prions pour faire la volonté de notre Père et non pas la volonté des hommes (Matthieu 6:10, Luc 11:2).

Dieu récompense ceux qui mettent Ses lois au-dessus des lois faites par les hommes (Exode 1:17,20). Il nous est même spécifiquement demandé d’éviter d’aller dans des tribunaux devant les injustes et les incroyants (1 Corinthiens 6:1-8). Il est inconcevable que le juste doive se présenter devant des injustes pour obtenir la justice ! Dans ce cas, on ne trouve aucune bénédiction:

livrePsaumes 1:1, « Heureux l’homme qui ne marche pas selon le conseil des méchants. » Les rois et les souverains de la terre sont contre le Seigneur et contre son oint (Psaume 2:2). Les gouvernements cadrent leurs méfaits et leurs péchés dans leurs législations:

livrePsaumes 94:20, « Les méchants te feraient-ils siéger sur leur trône, eux qui forment des desseins iniques en dépit de la loi ? »

livreEsaïe 10:1-2, « Malheur à ceux qui prononcent des ordonnances iniques, et à ceux qui transcrivent des arrêts injustes, pour refuser justice aux pauvres, et ravir leur droit aux malheureux de mon peuple, pour faire des veuves leur proie, et des orphelins leur butin. »

Quand un gouvernement est méchant, et que la confiance du peuple est dans ce gouvernement, alors Dieu punira ceux qui mettent leur confiance dans ce gouvernement et obéissent à leurs lois (Jérémie 15:4; 46:25, 2 Rois 21,11-12, Isaïe 9:16, Ezéchiel 11:10-12, Michée 6:13,16). Le peuple sera maudit pour avoir mis sa confiance dans l’homme (Jérémie 17:5, Osée 10:13). Il est préférable de donner  sa confiance dans le Seigneur plutôt  que dans l’homme et ses gouvernements ( Psaume 118:8-9). Il nous est dit de ne pas placer notre confiance dans les gouvernements humains (Psaume 146:3). Il nous est ordonné de nous

« détourner » de ceux qui présentent certaines caractéristiques (2 Timothée 3:2-5) et les autorités gouvernementales possèdent la plupart de ces caractéristiques ! Les autorités gouvernementales!,

« ayant l’apparence de la piété, mais renient ce qui en fait la force, éloigne-toi de ces hommes-là » livre(2 Timothée 3:5).

Nous sommes donc appelés à  nous détourner des autorités gouvernantes qui possèdent ces caractéristiques. Ils proclament leur propre pouvoir (force) qui devient alors une « loi » en soi. Cette loi est alors faite pour les méchants et non pas pour les justes (1 Timothée 1:9-10). Par conséquent, nous devons obéir à la loi de Dieu et ce quelle que soit la loi créée par l’homme, elle ne s’applique pas à nous.

Esther 3:8, « Et Haman (le plus haut prince du royaume des Mèdes et des Perses) et à part parmi les peuples, ayant des lois différentes de celles de tous les peuples et n’observant point les lois du roi … »


Comme nous pouvons le voir, les enfants de Dieu suivaient les lois de Dieu, qui étaient différentes de celles du gouvernement et ses enfants ne suivaient pas les lois gouvernementales ! Quand nous lisons le livre d’Esther, nous pouvons voir comment Dieu protégeait ses enfants quand ils suivaient Ses lois et rejetaient les lois du gouvernement. Personne ne peut obéir à deux lois différentes, car personne ne peut servir deux maîtres.

 

Les Enseignement de Jésus sur les Autorités Gouvernantes.

Qu’enseignait Jésus sur les gouvernements des hommes ? Examinons trois compte- rendus parallèles évangéliques.

Il expliquait Lui-même:

livreMatthieu 20:25, « … Vous savez que les chefs des nations les tyrannisent, et que les grands les asservissent. »

livreMarc 10:42, « … Vous savez que ceux qu’on regarde comme les chefs des nations les tyrannisent, et que les grands les dominent. »

livreLuc 22:25, « … Les rois des nations les maîtrisent, et ceux qui les dominent sont appelés bienfaiteurs. »

En comparant ces trois versets parallèles, Jésus affirmait le fait que les autorités gouvernantes (les princes, les chefs, les rois) exercent leur autorité sur les gentils (ceux qui ne croient pas en Dieu). Notez que le terme « gentils » ici ne peut pas signifier les « Gentils-Chrétiens », parce que Jésus n’était pas encore mort pour confirmer le Nouveau Testament et le « christianisme » n’existait pas encore. Tous les apôtres étaient des Juifs et Jésus leur avait ordonné de ne pas prêcher aux Gentils ( Matthieu 10:5-6). Les Gentils étaient les ennemis du Christ à ce moment (Matthieu 20:19, Marc 10:33, Luc 18:32). L’Évangile n’a pas été prêché aux Gentils jusqu’à au moins 10 ans après la résurrection de Jésus (Actes 9:15; 10:45; 11:1,18; 13:42,46-48).

Remarquez ce que Jésus a dit par la suite. A-t-il dit que son peuple aurait d’autres hommes pour régner sur eux ? Très certainement pas !

livreMatthieu 20:26: « Il n’en sera pas de même au milieu de vous. »

livreMarc 10:43, « Il n’en est pas de même au milieu de vous. »

livreLuc 22:26: « Qu’il n’en soit pas de même pour vous. »

Jésus dit que nous ne devrions pas avoir de dirigeants qui exercent leur autorité sur nous comme c’est le cas pour les Gentils. Nous ne serons pas soumis aux autorités gouvernantes à moins que ceux au « pouvoir » soient des serviteurs de Dieu et de Son peuple. Lisez ce que Jésus a dit après avoir dit à ses disciples que les princes de la terre, les gouvernants et les rois n’auraient aucune autorité sur Ses élus:

livreMatthieu 20:26-27: « … Il n’en sera pas de même au milieu de vous. Mais quiconque veut être grand parmi vous, qu’il soit votre serviteur ; Et qui conque veut être le premier parmi vous, qu’il soit votre esclave. »
Marc 10:43-44, « … Il n’en est pas de même au milieu de vous. Mais quiconque veut être grand parmi vous, qu’il soit votre serviteur ; Et quiconque veut être le premier parmi vous, qu’il soit l’esclave de tous ».

livreLuc 22:26: « … Qu’il n’en soit pas de même pour vous. Mais que le plus grand parmi vous soit comme le plus petit, et celui qui gouverne comme celui qui sert ».

Comme nous pouvons le voir, Jésus ne veut pas que l’homme ait autorité sur l’homme ! Il ordonna que celui qui est le chef et le plus grand parmi les hommes, soit le serviteur de tous. C’est tout à fait contraire aux gouvernements humains qui font de leur chef suprême le dictateur de tous. L’homme n’a pas été créé pour dominer d’autres hommes, mais a reçu la domination sur les créatures de la terre. Ceci est confirmé dans le tout premier chapitre de la Bible, quand Dieu créa la terre. Quand notre Père a créé la terre. Lorsqu’Il a créé l’homme en premier, il ordonna:

« … qu’il domine sur les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel, sur le bétail, sur toute la terre, et sur tous les reptiles qui rampent sur la terre. » livre(Genèse 1:26).

Seul Dieu a la domination sur l’homme. L’homme n’est pas assujetti à un autre homme. L’homme est géré par la loi et non par la volonté de l’homme.

Pourtant, Jésus ne condamnait pas toute autorité, puisqu’il est claire que Jésus Lui-même exerçait son autorité sur ses disciples et les autres (Matthieu 16:19; 18:17; 24:45-47, 25, 21,23, Luc 19:17,19). Alors, quelle sorte d’autorité Jésus condamnait-il dans ce passage ? Quelle différence y avait-il entre l’autorité des souverains gentils et celle de Lui-même et de ses apôtres ? Assurément que celle de Jésus et de ses disciples reposait sur l’ascendance spirituelle et ne s’exerçait que sur ceux qui voulaient bien s’y soumettre, alors que celle des Gentils était exercée sur tous les hommes indistinctement que cela leur plaise ou non, et, pour cette raison, elle impliquait l’utilisation de sanctions physiques et de pénalités. Il ne fait aucun doute que c’était pour cette raison que Jésus avait dit à ses disciples: « Il n’en est pas ainsi parmi vous ».

Quand un gouvernement terrestre croit qu’il est « Dieu marchant sur la terre », il n’a aucune vraie domination (autorité), mais que de la force et est déchu de la Grâce de Dieu Tout-Puissant. La domination et la force s’opposent entre elles. La force est un faux pouvoir.

livreMatthieu 23:10, « Ne vous faites pas appeler directeurs ; Car un seul est votre Directeur, le Christ. »

Souvenez-vous que la raison pour laquelle Jésus-Christ a été crucifié était que les « autorités » gouvernantes de l’époque avaient peur de perdre leur « place et la nation », leur pouvoir politique, si les gens croyaient en Jésus (Jean 11:47-48 ).

 

Les Enseignements des Apôtres sur les Autorités Gouvernantes.

livreActes 5:29: « Pierre et les apôtres répondirent : Il faut obéir à Dieu plutôt qu’aux hommes ».

La raison pour laquelle les apôtres ont été arrêtés et finalement pour la plupart exécutés était qu’ils

livre« agissent tous contre les édits de César, disant qu’il y a un autre roi, Jésus » (Actes 17:7).

Notre frère Paul a dit,

livre1 Corinthiens 2:5, « …afin que votre foi fût fondée, non sur la sagesse des hommes, mais sur la puissance de Dieu».

Les apôtres ont désobéi à leurs autorités gouvernantes parce que,

livre« Nul ne peut servir deux maîtres » (Matthieu 6:24)

et nous ne devons pas

livre« devenir les esclaves des hommes » (1 Corinthiens 7:23).

Nous ne pouvons servir qu’un seul Seigneur, un seul Messie et aucun autre seigneur. Comme Jésus l’a demandé dans

livreLuc 6:46 « Pourquoi m’appelez-vous Seigneur, et ne faites-vous pas ce que je dis ? »

Nous devons faire les choses que Jésus nous dit de faire, non les choses que César nous dit de faire.

Vous souvenez-vous quand les gens avaient l’habitude d’appeler leurs officiels gouvernementaux comme la police, nos « serviteurs publics » ? Pourquoi ? Parce qu’ils étaient censés servir les gens (Matthieu 20:27, Marc 10:42, Luc 22:26). Or, ces agents sont devenus les maîtres et ils sont plus craints qu’ils ne craignent Dieu (Matthieu 10:28, Proverbes 29:25). Toutefois, les vrais serviteurs de Dieu ne craignent pas les commandements des rois (Hébreux 11:23). Nous ne devons pas craindre les hommes (Psaume 56:4; 118:6, Isaïe 51:7, Matthieu 10:28, Hébreux 13:6).

Le gouvernement terrestre doit être assis sur l’épaule du Christ (Esaïe 9:6) et il n’y a aucune fin à Son gouvernement (Esaïe 9:7, Psaume 145:13). Les employés des gouvernements ont pour consigne de suivre la loi de Dieu et de Le servir (Psaume 2:10-12). Et nous devons obéir aux ordonnances des hommes tant qu’elles font la Volonté de Dieu ; En punissant les malfaiteurs et en bénissant ceux qui font le bien (Romains 13:3, 1 Pierre 2:13-17).

 

Une Étude de Romains 13.

Romains 13:1-10 explique comment  le gouvernement s’applique aux serviteurs du Christ.

Notre Père a ordonné que les  gouvernements  et ses dirigeants aient des responsabilités envers Lui. Malheureusement, beaucoup interprètent ce chapitre pour lui faire dire que nous devons obéir à tous les gouvernements, peu importe s’ils soient impies. Toutefois, cela ne peut signifier que nous devrions nous rouler et nous soumettre aux autorités gouvernantes, parce que si c’était le cas, Jésus Lui-même aurait violé Romains 13.

Ils l’ont crucifié illégalement, c’est parce que  le Christ a fait la volonté du Père et ceci l’a amené à être en conflit avec les pouvoirs en place.

Ce n’est pas parce que Dieu a ordonné ces gouvernements pour arriver à atteindre ses objectifs  que ce sont des gouvernements divins. Il utilise le mal pour attirer les gens vers Lui.

Voici quelques pensées à méditer:

-  Qui a écrit le livre des Romains ?  Paul.
-  Où était Paul quand il a écrit aux Romains ?  En prison.
-  Où était Paul lorsqu’il a écrit la plupart de ses épîtres ?  En prison.
-  Quel est l’autre nom pour décrire les épîtres de Paul ?  Les « épîtres des prisons ».
-  Pourquoi sont-elles connues sous le nom de « épîtres des prisons » ?

Parce que Paul était souvent arrêté et emprisonné par les « autorités gouvernantes ».

-  Pourquoi Paul était-il souvent arrêté ?  

Parce qu’il enfreignait régulièrement les lois des « autorités gouvernantes ».

-  Qui a mis Jésus à mort ?  Le gouvernement de Rome.
-  Qui a mis Paul à mort ?  L’empereur Néron à Rome en l’an 67.
-  Qui ont tué la plupart des apôtres ?  Les autorités gouvernantes.
-  Jésus et les apôtres obéissaient-ils aux « autorités gouvernantes » de leur temps ?

Evidemment non:

Si Paul, dans Romains 13, avait dit « d’obéir à tous les gouvernements », alors Jésus, les apôtres et tous les disciples auraient été des hypocrites, car ils ont tous vécu leur vie en plaçant la Loi de Dieu au-dessus des lois faites par les hommes !

Certaines personnes affirment que la raison pour laquelle Paul était souvent arrêté et emprisonné par les « autorités gouvernantes » était parce qu’il ne voulait pas avouer que César était son seigneur. Ce n’est pas vrai, parce que toute personne qui aurait agi ainsi aurait immédiatement reçu la peine de mort. De toute évidence, cela  n’a jamais été directement demandé à Paul jusqu’à ce qu’il soit exécuté à Rome en 67 après Jésus-Christ.

Certaines autres personnes affirment que la raison pour laquelle notre frère Paul était souvent arrêté et emprisonné par les « autorités gouvernantes » était parce qu’il « prêchait l’Evangile de Jésus-Christ. » Ce n’est pas vrai. Les Romains adoraient des centaines de dieux différents et ils avaient un Dieu différent pour chaque chose et chaque occasion. Un « dieu » supplémentaire n’aurait pas eu une grande importance pour eux.

Voici la preuve que les Romains n’ont pas emprisonné Paul pour avoir prêché l’Évangile de Jésus-Christ. Dans le verset 13, le juge romain (Gallion) a refusé de juger ces questions religieuses (verset 15) et « il les renvoya du tribunal » (verset 16). Ce passage biblique est la preuve que Rome ne jugeait pas les gens pour avoir prêché un autre dieu. Alors, pourquoi Paul était-il souvent emprisonné par les autorités gouvernantes ? Paul était en prison pour violation de la loi du gouvernement romain (qui est en opposition avec la Loi de Dieu), parce que Jésus avait ordonné à ses partisans de se séparer de César.

Après tout, si Paul avait été en prison pour avoir prêché l’Évangile du Christ Jésus, les autorités gouvernantes n’auraient jamais permis à Paul d’écrire des lettres (épîtres) au sujet de Jésus pendant ses emprisonnements et de plus  lui permettre de prendre ses écrits au sujet de Jésus et de les sortir de prison pour les publier et les propager partout à travers le monde connu. Là encore, nous avons des preuves qu’ils ne défendaient pas les prédications sur Jésus pendant que Paul était en prison et ils n’empêchaient pas les prédications sur le Royaume du Christ, mais il y était pour avoir désobéi aux autorités gouvernantes sur d’autres questions.

Maintenant, pour ceux qui croient que Paul disait d’obéir à tous les gouvernements dans Romains 13, il faut aussi croire que notre frère Paul était un hypocrite, car il désobéissait constamment aux autorités gouvernantes et était souvent arrêté et emprisonné pour cela. Pour ceux qui croient que Paul n’était pas un hypocrite, alors nous devons croire que Paul disait quelque chose de bien différent dans Romains 13. Avec ceci à l’esprit, jetons un regard sur les six premiers passages de Romains 13.

Est-ce que le Que toute âme soit assujettie à tous les gouvernements » ?

Ou dit-il: « Que toute personne (y compris les autorités gouvernantes tels que les rois, les juges, les policiers, etc…) soit soumise aux autorités supérieures » ? À qui appartiennent les âmes ?

 

Dieu dit.

livreEzéchiel 18:4: « Voici, toutes les âmes sont à moi. »

Et la deuxième partie du verset 1 nous indique qui est l’autorité supérieure:

«… car il n’y a point d’autorité qui ne vienne de Dieu. »

Les âmes des pouvoirs gouvernementaux appartiennent à Dieu et ils ne sont pas les puissances supérieures parce que les pouvoirs supérieurs sont occupés par le Christ Lui-même (Matthieu 28:18). Notre Seigneur n’est pas la puissance supérieure, puisque tous les pouvoirs Lui ont été donnés (Jean 17:2) ? Le Christ est le gouverneur parmi les nations (Psaumes 22:28). Tous les pouvoirs sur les rois de la terre Lui ont été donnés (Romains 14:9). Tous les jugements Lui ont été donnés (Jean 5:22,27). Remarquez la séparation des pouvoirs dans Romains 13:1. Tout pouvoir provient et appartient à Dieu et non à celui qui l’exerce. Et rappelez-vous que la plupart des hommes, surtout ceux constituent  les « autorités gouvernantes » rejettent généralement que le pouvoir a été donné à Jésus (2 Timothée 3:5).

Toujours dans Romain 13, le verset 2 dit:

livre" C’est pourquoi celui qui s’oppose à l’autorité résiste à l’ordre que Dieu a établi, et ceux qui résistent attireront une condamnation sur eux-mêmes. "

résiste (mot grec n° 498 antitassomai) - (mot grec n° 436 anthistemi) à l’ordre que Dieu a établi.

Les mots « résiste » dans ce verset proviennent de deux mots grecs complètement différents avec deux significations différentes

.

I - Examinons le premier mot « résiste 498 » en allant à l’origine grec.

« Résister » à la puissance des souverains ordonné par Dieu signifie ce qui suit:

« antitassomai: se range en bataille contre » (Lexicon Grec Thayers).

« antitassomai: établir une armée en rangée contre, mettre en ordre de combat » (Études des Mots Zodhiates).

« antitassomai: se mettre soi-même en rangée contre, comme amener quelqu’un en rangée pour la bataille. Impliquant une résistance organisée ou concertée » (Études des Mots Vincent).

« antitassomai: se ranger en bataille contre » (Lexicon Grec Strong).

Ceci est parfaitement en accord avec ces passages:

livre2 Corinthiens 10:3-4 « Si nous marchons dans la chair, nous ne combattons pas selon la chair, car les armes avec lesquelles nous combattons ne sont pas charnelles ; Mais elles sont puissantes, par la vertu de Dieu, pour renverser des forteresses. »
livreÉphésiens 6:11-12, « Revêtez-vous de toutes les armes de Dieu, afin de pouvoir tenir ferme contre les ruses du diable. Car nous n’avons pas à lutter contre la chair et le sang, mais contre les dominations, contre les autorités, contre les princes de ce monde de ténèbres, contre les esprits méchants dans les lieux célestes. »

Éphésiens continue en énumérant toutes nos armes spirituelles. Remarquez qu’il n’y a pas d’armes physiques dans l’énumération. Les armes avec lesquelles nous combattons ne sont pas charnelles, donc lorsque  vous utilisez des armes charnelles contre les puissances gouvernantes ordonnées par Dieu, alors vous résistez à l’ordre de Dieu.

livreEcclésiaste 9:18, « La sagesse vaut mieux que les instruments de guerre ; Mais un seul pécheur détruit beaucoup de bien. »

 

II - Maintenant, le sens du second mot, « résiste 436 à l’ordre que Dieu a établi » signifie simplement « s’établir soi-même contre, résister, s’opposer ».

En d’autres termes, le premier « résiste » signifie utiliser des armes dans un combat physique contre une puissance ordonné, ce qui abouti au deuxième « résiste », qui signifie s’opposer à la volonté de Dieu (avec aucune arme physique).

Toujours dans Romain 13, le verset 3 dit que:

Dieu a ordonné des gouvernements, mais que le seul pouvoir qu’Il a donné aux « autorités gouvernantes » est de punir les malfaiteurs et de récompenser les bienfaisants (Jean 18:23, Romains 13:3-4, 1 Pierre 2:14). La définition du bien et du mal est bien définie dans les Écritures. Dieu n’a pas donné au gouvernement le pouvoir d’interférer et d’intervenir lui-même dans l’exercice de la Loi de Dieu par son peuple.

Toujours dans Romain 13, le verset 4 déclare que:

Les dirigeants doivent être des ministres de Dieu, des serviteurs de Dieu. Si les dirigeants ne sont pas des serviteurs de Dieu, s’ils ne suivent pas et n’obéissent pas à Sa Parole, nous ne devons leur accorder aucune obéissance. Et comment pouvons-nous savoir s’ils sont des serviteurs de Dieu ? En les testant avec la Parole de Dieu (Esaïe 8:20, Matthieu 12:30, Marc 7:7, 1 Thessaloniciens 5:21, Tite 1:14, 1 Jean 4:1, 3 Jean 1:11, Actes 17:11, 2 Timothée 2:15). Le dessein de Dieu pour tous les gouvernements est qu’ils soient « des ministres de Dieu pour ton bien. »

Toujours dans Romain 13, le verset 6 dit que:

Nous devons payer des impôts aux gouvernements pour une seule raison: Parce qu’ils sont des ministres de Dieu. Si un gouvernement utilise l’argent des impôts pour faire le contraire de la volonté de Dieu, alors ils ne sont plus des ministres de Dieu et donc aucun impôt ne devrait leur être accordé (Esdras 4:12-13).

Leur but est de punir les méchants comme une verge de corrections pour les ramener sur les voies du Seigneur et encourager les justes. Ils doivent être des ministres de Dieu, ce qui signifie qu’ils sont chargés de remplir les fonctions que Dieu leur a données. Mais, lorsque les autorités gouvernantes manquent à ce devoir ou vont plus loin, alors eux-mêmes résistent aux ordonnances de Dieu et ils sont des autorités illégales auxquelles nous devons « résister » avec l’épée de la Parole.

Il est important de prendre en considération que Romains 13 est destiné à être prescriptif et non descriptif. En d’autres termes, il parle de ce que les « dirigeants » sont censées être, pas ce qu’ils sont intrinsèquement en tout moment.

En tant que « ministres de Dieu », les hommes qui gouvernent (les pouvoirs en place) sont tenus d’obéir à la loi de Dieu et d’appliquer correctement ces lois à la nation et au peuple qu’ils gouvernent.

Inversement, chaque fois que les « gouvernements » deviennent « une terreur pour les bonnes œuvres » et récompensent le mal plutôt que de le punir, ils ont alors commencé à « porter l’épée en vain ». Dans cette mesure, ils ne sont plus des « ministres de Dieu pour ton bien » et il est de notre devoir de résister à sa domination illégale comme nous le ferions pour le règne de Satan lui-même.

Dire que Dieu peut délivrer son peuple d’un gouvernement oppresseur comme un châtiment pour le péché est une chose ; Dire que nous devons nous libérer nous-mêmes et nos consciences de ce qui est contraire à la Parole de Dieu est une toute autre chose. Dire que les lois des gouvernements temporels, qu’elles soient « bonnes ou mauvaises », sont sans équivoque les « ordonnances de Dieu », n’est pas seulement naïf, mais un affront blasphématoire de la sainteté de Dieu et à Sa Parole. Le Juge juste et éternel du monde ne peut tout simplement pas être accusé de nous avoir contraints à obéir à des ordres contradictoires.

Dieu n’a jamais ordonné au peuple d’obéir aux rois d’Israël quand ces rois Lui ont tourné le dos. Notre Père a mis ces personnes en captivité pour leur désobéissance envers Lui ! Et, il fait de même aujourd’hui.

Les Nazis à Nuremberg ont dit: « Eh bien, je faisais simplement mon travail. J’obéissais au gouvernement ». C’est une erreur de croire que tout ce que l’État dit est correct « parce qu’il est ordonné par Dieu ». Pour ceux qui sont des vrais disciples du Christ Jésus, le gouvernement est sur ses épaules (Esaïe 9:6), Il est le Roi des rois et le gouvernement est le Royaume de Dieu. C’est un gouvernement de paix et le seul gouvernement qui n’aura pas de fin:

livreEsaïe 9:7, « Donner à l’empire de l’accroissement, et une paix sans fin au trône de David et à son royaume. »

Toutes les gouvernements fait par les hommes ont une fin, alors ils ne sont évidemment pas la « puissance supérieure ». Nous devons obéir au gouvernement qui a toujours été ici et y sera toujours.

En réponse à l’opinion aveugle que tous les rois, princes et gouvernements sont mis en place et « ordonnés » par Dieu, nous allons citer le passage suivant, qui est prononcé dans l’oreille d’Osée par Dieu Tout-Puissant Lui-même:

livreOsée 8:4, « Ils ont établi des rois sans mon ordre, et des chefs à mon insu ; Ils ont fait des idoles avec leur argent et leur or ; C’est pourquoi ils seront anéantis. »

Nous prions pour que ceux qui ont des yeux pour voir et des oreilles pour entendre ne s’adonnent plus à de telles opinions.

Une façon de tester si une loi faite par les hommes est divine ou diabolique est de la tester avec ce qui suit. Demandez-vous: « Est ce que cette loi punit les malfaiteurs et récompense ceux qui font du bien ? » Par exemple, considérez la loi des permis de conduire. Est-ce que l’exigence d’un permis de conduire punit le mal ou récompenser le bien ? Non, absolument pas. Les tribunaux pourraient le faire, mais pas le permis lui-même. Par conséquent, puisque Dieu a donné à ses « autorités gouvernantes » le seul pouvoir de punir le mal et de récompenser le bien, cette loi faite par les hommes est en dehors de l’autorité déléguée de Dieu et aucune obéissance ne doit lui être accordée si vous vivez et existez en Lui.

Une autre question que vous pouvez vous poser est: « Est-ce que cette loi, étant imposée par les hommes, peut m’aider à marcher dans la Vérité de Dieu ? » Si c’est une loi divine, ce sera le cas. Mais, la plupart des lois faites par les hommes n’amènent personne vers la Vérité et elles ne le peuvent pas.

 

Les Faits au Sujet des Autorités Gouvernantes.

Le but du gouvernement est clairement défini dans notre Parole du Père. C’est pour punir le mal et récompenser ceux qui font le bien. Sur cette base, la protection de la vie, de la liberté et de la propriété (qui sont des dons de Dieu) suit en conformité avec Ses commandements.

Mais, quand un gouvernement tombe dans l’idolâtrie, il recueille des renseignements sur vous, car il doit savoir où est tout le monde et toute chose afin de taxer ou saisir.

Pourquoi le gouvernement est-il enclin à l’idolâtrie ? Parce qu’ils n’existent que par la loi et la loi est fondamentalement religieuse. Derrière chaque loi il y a le jugement et les valeurs des gens sont basées sur leur théologie ou leur religion. C’est la nature du gouvernement de se perpétuer. Avez-vous déjà vu un politicien qui ne voulait pas être réélu ou un parti politique qui ne voulait pas demeurer au pouvoir ? Chacun d’entre eux est prêt à tout faire pour se maintenir au pouvoir (Jean 11:47-48).

Le gouvernement est le pouvoir. Le gouvernement est l’autorité. Et des hommes corrompus et dépravés, au lieu d’exercer une domination sur la création de Dieu pour  Sa gloire, veulent la domination sur les hommes pour leur propre bien.

Qu’est-ce que le serpent rusé a dit à Adam et Eve ? « Vous serez comme des dieux » (Genèse 3:5). Qui détient le contrôle sur les hommes ? Uniquement Dieu ! Si l’homme croit être son propre dieu ou s’il croit être une sorte de dieu, alors,  il va exercer un contrôle sur les hommes afin de le prouver.

Un roi règne par ses lois. De même, Dieu gouverne par sa loi et sa loi est la Parole de Dieu. Les Juifs obéissaient à leur roi, César et tuaient ceux qui n’obéissaient pas à leur roi (Jean 19:15). Les vrais serviteurs du Christ l’honorent en lui obéissant (Luc 6:46, Jean 14:15) et non en substituant des exigences faites par les hommes à la place des Siennes.

Ainsi, en droit, le législateur humain devient un dieu en déterminant par lui-même parmi les nombreuses théories à sa disposition, s’il va appliquer sa prochaine action au nom du « peuple ». Bien sûr, cela signifie que toutes les autres législateurs ont un droit « égal » pour appliquer ses théories aux actions qu’il fait et la seule réponse au chaos provoqué qui ressort des compromis entre les théories est qu’un homme doit imposer sa volonté à tous les autres afin qu’une vision « cohérente » puisse contrôler le résultat final. Cela signifie clairement une dictature et rien de moins ne sera nécessaire.

 

Les Impôts.

On nous a enseigné que nous devons même obéir aux gouvernements impies et nous devons les aider en payant des impôts, mais les Ecriture disent:« … Doit-on secourir le méchant, et aimes-tu ceux qui haïssent l’Éternel ? À cause de cela, l’Éternel est irrité contre toi »  livre(2 Chroniques 19:2).

Les Écritures disent qu’il est mal aux yeux du Seigneur que les gouvernements taxent la terre (2 Rois 23:35-37). La terre n’appartient pas aux gouvernements, cette terre appartient à Dieu (Exode 19:5, Psaumes 24:1, Isaïe 44:24, 2 Corinthiens 5:18). L’impôt foncier est une revendication de la  propriété sur la terre de Dieu. C’est littéralement un rejet de Dieu et une intronisation de l’État. L’État prétend être Dieu en revendiquant le contrôle et la propriété des terres. L’État tente littéralement d’être Dieu marchant sur la terre. Dieu n’a jamais donné sa terre aux gouvernements pour qu’ils puissent l’imposer, la polluer ou la détruire (1 Rois 21:1-16).

La revendication de l’État du « domaine éminent » est en conflit direct avec la Parole de Dieu:

livreEzéchiel 46:18: « Le prince (gouvernement) ne prendra rien de l’héritage du peuple, il ne le dépouillera pas de ses possessions ; Ce qu’il donnera en héritage à ses fils, il le prendra sur ce qu’il possède, afin que nul parmi mon peuple ne soit éloigné de sa possession ».

Les Écritures disent aussi qu’il n’est pas légitime pour les gouvernements d’imposer une taxe sur les serviteurs de Dieu (Esdras 7:24). Ainsi, il n’est pas légal d’imposer des impôts sur les serviteurs du Christ. Mais, ces fonctionnaires doivent être de vrais serviteurs. Si quelqu’un cherche à faire de sa création une marchandise, elles seront taxées. Les paresseux sont considérés comme taxables (Proverbes 12:24). Nous voyons aussi que les Lévites n’étaient pas imposés ou conscrits à des fins militaires (Nombres 1:45-54; Nombres 18. Notez surtout le verset 24). La dîme devait aller aux Lévites (Deutéronome 14:27-29; Josué 21). Dieu est souverain, il ne peut être taxé.

Abraham a payé la dîme à Melchizdek, roi de Salem et a refusé le butin qui lui était offert par le roi de Sodome. Il est clair que c’était le résultat d’un serment solennel qu’Abraham avait fait à Dieu.

«(Genèse 14:22,23).

Abraham n’accepterait pas les avantages commerciaux des païens, parce qu’il savait que les devoirs qui en résulteraient l’attacheraient. Au lieu de cela, il a choisi d’honorer le Seigneur. Le peuple de Dieu ne doit pas financer le gouvernement (par des impôts païens), de même que  le gouvernement ne peut pas financer le peuple de Dieu (par le biais de prestations telles que la sécurité sociale, etc…) Une église financée par l’État est une église contrôlée par l’État. Celui qui accepte les bénéfices de l’État accepte la souveraineté et l’autorité de l’État et donc se trouve  soumis et servira l’État.

Jésus lui-même a été accusé d’interdire de payer les taxes à César lors de son procès (Luc 23:2). Remarquez que ceux-ci n’étaient pas des faux témoins, ceux qui ont accusé Jésus de ne pas payer les impôts, parce que chaque fois qu’un faux témoin accusait Jésus, les Ecritures nous disent que c’était un faux témoin (Marc 14:57-59). Quand  Jésus a-t-il interdit de payer les impôts à César ?

Dans Marc 12:13-17, on a demandé à Jésus s’il était permis de payer le tribut à César ou non. Une pièce d’argent avec l’inscription de César a été montrée au Christ. Dans cet exemple,  Le Seigneur demande à chacun de faire la différence entre ce qui appartient à César et ce qui appartient à Dieu;

livreMarc 12:17 « … Rendez à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu … »

À qui appartenait cette pièce d’argent ? Étant donné que les Ecritures disent:

livre« L’argent est à moi, et l’or est à moi, dit l’Éternel des armées » (Aggée 2:8), cela signifie que la pièce d’argent montrée à Jésus appartenait à Dieu. Toutefois, ceux qui vivent, se déplacent et sont à l’image de César, comme les disciples des Pharisiens, croiront que cette pièce appartenait à César en lieu et place de l’Eternel. Nous ne devons pas être abusés par l’image de César, mais édifiés à l’image de Jésus-Christ (1 Corinthiens 11:7; 15:49, 2 Corinthiens 3:18, Colossiens 3:10).

Il n’y a qu’un seul cas où Jésus a payé une taxe. Matthieu 17:24-27. Examinons attentivement ce passage.

Verset 24: Le percepteur a demandé à Simon Pierre, si Jésus payait les taxes.

Verset 25: Pierre lui dit: « oui ». Mais « Jésus a empêché » Pierre de payer la taxe. Pourquoi Jésus a-t-il empêché Pierre de payer la taxe ?

Verset 26: Jésus dit: « Les fils en sont exemptés » de payer des taxes. C’est pourquoi, parce que nous sommes maintenant libres. Mais nous ne devons pas utiliser notre liberté comme un voile de méchanceté.

Verset 27: Toutefois, pour éviter « d’offenser » ce collecteur d’impôts (puisque, comme c’était l’habitude de Pierre, il avait parlé trop tôt sans vraiment y penser. Jésus était obligé de par sa déclaration de payer cette taxe) Jésus dit donc à Pierre de jeter un hameçon dans la mer pour attraper un poisson et de prendre l’argent de sa bouche pour la payer.

Même si Jésus a payé cette taxe, c’était pour éviter « d’offenser » cet homme et surtout parce que Pierre avait imprudemment accepté de la lui verser et non pas parce que nous sommes tenus de payer des taxes de par la loi. Jésus a fait le point pour souligner que les fils sont exempts des taxes. Mais remarquez bien que Simon Pierre et Jésus ne lui ont pas donné de leur propre argent, mais ce qui venait du poisson ! Il est intéressant de mentionner que Pierre était un pêcheur commercial (un pêcheur de poissons) avant d’être appelé par le Christ pour être apôtre (un pêcheur d’hommes) et lorsque Pierre a ouvert la bouche avant de réfléchir (comme il le faisait souvent), le Christ l’a essentiellement châtié en renvoyant Pierre à son ancienne vie pour payer ses dettes ! Il fallait être un pêcheur de poissons pour attraper ce poisson avec la pièce de monnaie dans sa bouche. Quand vous vous joignez au monde et que vous contractez des obligations envers le monde, vous devez de nouveau faire partie de ce monde pour répondre à ces obligations.

De plus, Jésus n’aurait pas pu accomplir les prophéties s’il avait été emprisonné, ce qui serait arrivé s’il avait refusé de payer cette taxe après que Pierre se soit porté « volontaire » pour lui. Ce n’était pas le temps d’aller en prison pour le moment. De même, Jésus aurait pu appeler douze légions d’anges pour le secourir, mais parce que les Ecritures n’auraient pas été accomplies s’il le faisait, il a préféré s’abstenir ( Matthieu 26:53-54). Jésus a enseigné que nous sommes exempts de payer des taxes si nous sommes les enfants du roi (Matthieu 17:24-26), ce qui signifie les enfants du Roi Jésus (Actes 17:7, 1 Timothée 1:17).

Maintenant, pour mieux clarifier si un gouvernement agit strictement au  titre de ministre de Dieu, alors il devient  légitime de payer des taxes à ce gouvernement (Romains 13:6). Parce que la pièce d’argent, qui appartient à Dieu, appartient aussi aux ministres de Dieu, puisqu’ils agissent en son nom et font sa volonté. Toutefois, si un gouvernement n’est pas un ministre de Dieu, alors nous n’avons aucune obligation de lui donner des taxes.

Une licence  est seulement une autre forme de taxation. En exigeant une licence, l’État exige un contrôle complet d’un disciple et la propriété de la vie de ce même  disciple. Le terme « licence » est dérivé du mot « libertinage », ce qui signifie « moralement effrénée, méprisant des règles, lascif ». Ces mêmes mots décrivent les gouvernements humains d’aujourd’hui. En demandant l’autorisation d’exercer de la part des véritables serviteurs du Christ, l’État demande que nous lui soyons soumis  et de restreindre les hommages que les Écritures nous obligent à donner à Dieu uniquement.

Prendre part à ce genre de gouvernement et lui payer les taxes signifie soutenir un gouvernement qui veut détruire l’empire de Dieu.

Au cas où vous ne pensez pas que les gouvernements humains existent pour détruire les serviteurs du Christ, vous pouvez lire la citation suivante qui est tirée de la bouche d’un  ennemi de Dieu, responsable du meurtre de nos frères, sœurs et enfants à Waco, au Texas ( Cliquez sur l'image pour voir les noms des personnes assassinées). Koresh.

koresh
waco
weaver

et pour le meurtre de sang-froid de la famille Randy Weaver sur une montagne isolée (ruby ridge). En 1992,quatre cents agents fédéraux armés, ont fait le siège de la maison de la famille Weaver, tuant d'abord le chien de Randy Weaver, puis son fils, puis sa femme.

 

« Un cultiste est celui qui a une forte croyance en la Bible et en la seconde venue du Christ, c’est celui qui assiste régulièrement à des études bibliques. C’est celui qui a un niveau élevé de dons financiers pour une cause chrétienne et  c’est celui qui enseigne à la maison à ses enfants et c’est celui qui a accumulé des provisions de survie et qui vous voue  une forte croyance dans le Deuxième Amendement. C’est celui qui se méfie des gros gouvernements. N’importe laquelle de ces descriptions qualifie une personne comme étant un cultiste, mais certainement que plus d’une de ces personnes nous pousserait à regarder cette personne comme étant une menace et sa famille comme étant dans une situation critique, ce qui justifierait une ingérence gouvernementale. »

Procureur Général Janet Reno, Entrevue de 60 minutes, le 26 juin 1994.

 

Selon ce qui précède, si vous êtes un disciple du Christ, vous êtes donc un ennemi du gouvernement. Cette citation est une réponse à la question qui demandait pourquoi l’exécution des personnes de Waco, au Texas, avait été nécessaire. La réponse peut vous bouleverser. La raison de leur assassinat selon ce qu’a déclaré « le gouvernement », c’était parce qu’ils étaient des « cultistes » !

Et, lorsqu’on leur demande leur définition d’un cultiste, leur réponse  (Janet Reno étant leur porte-parole) est quelqu’un qui est un disciple du Christ !

Ceci est un exemple d’un gouvernement qui déclare que le mal est bien:

livreEsaïe 5:20, « Malheur à ceux qui appellent le mal bien, et le bien mal, qui changent les ténèbres en lumière, et la lumière en ténèbres, qui changent l’amertume en douceur, et la douceur en amertume ! »

Et cela explique pourquoi les gouvernements persécutent les enfants du Christ:

livreProverbes 29:27 « L’homme inique est en abomination aux justes, et celui dont la voie est droite est en abomination aux méchants. »

 

Les Serviteurs du Christ.

Alors, que doit faire un Serviteur du Christ lorsque le gouvernement s’élève contre lui dans un jugement ? Nous devons les condamner, car c’est l’héritage des Serviteurs de l’Éternel (Ésaïe 54:17). Devons-nous obéir à des gouvernements qui produisent des œuvres infructueuses ? Non ! Nous devons les désapprouver et les corriger ( Luc 17:3, Ephésiens 5:11, 1 Timothée 5:20, 2 Timothée 4:2, Tite 1:13, 2:15, Apocalypse 3:19). Nous devons abattre la méchanceté spirituelle de toute personne qui s’élève contre la connaissance de Dieu (2 Corinthiens 10:5). Nous devons enchaîner les rois de la terre avec notre bouche (Psaume 149:6-9). Ne pas conserver les commandements de Dieu est définie comme « aller servir d’autres dieux et les adorer » (1 Rois 9:6, 2 Rois 17:37-38, 2 Chroniques 7:19,22, Jérémie 16:11; 22: 9, Deutéronome 7:4; 8:18; 11:28; 28:14; 30:17; 31:16,20, Josué 22:22).

Pour quiconque, d’assumer le pouvoir, de diriger nos allées et venues et de ne pas nous laisser aux seules Ecritures revient à  déclarer que la Parole de Dieu est défectueuse et insuffisante à cet effet.

Et, donc, pour ceux qui marchent autrement, notre Seigneur Jésus-Christ (qui nous a laissé les Ecritures à cet effet ( 2 Timothée 3:16-17) n’aurait pas su ce qui était nécessaire ou  suffisant pour nous. Tous ceux qui imposent leur volonté aux Serviteurs du Christ, comme à des serviteurs qui marchent dans ses voies, sont coupables de rébellion contre Dieu, parce que rejeter un serviteur de Dieu revient à  rejeter Dieu lui-même (1 Samuel 8:7). Si la marche de quelqu’un se fait  sous la direction d’une autorité faite par les hommes, cette personne cesse d’être sous la direction et l’autorité du Christ.

Un ministre du Christ doit recevoir ses instructions du Christ uniquement. Aucune autre puissance ou autorité ne peut être admise et aucune loi ou doctrine ne peut être enseignée autres que celles qu’Il a enseigné. Tout le reste est pour les hommes seulement et ne fait pas partie du Christ. Ce qui est enseigné par les hommes et n’est pas confirmé dans les Écritures n’est pas de Dieu. Aucun homme ne peut faire des lois pour obliger les Assemblées du Christ à l’exception du Christ lui-même. Les assemblées du Christ n’existent pas sur papier, mais dans le cœur des hommes et sont exprimées par leurs actes extérieurs ( 1 Corinthiens 3:16-17, 6:19-20, Actes 17:24-25, Jean 4:23-24).

Puisque la loi est le fondement de tout gouvernement, la guerre qui doit être menée et autour de laquelle gravitent toutes les questions, tourne autour de la Loi de Dieu (Apocalypse 12:17). Les disciples de Jésus-Christ peuvent seulement trouver une « respectabilité sociale » en trouvant un compromis de ses normes immuables (Jean 15:18-20). Nous devons défendre fermement la vérité et ne jamais faire de compromis avec le mal (2 Corinthiens 6:14). Et, quelle est la définition de vérité pour Dieu ? La loi de Dieu est la Vérité et tous les commandements de Dieu sont la vérité (Psaumes 119:142,151, Jean 17:17). Et quelle est la volonté de Dieu ? La volonté de Dieu est sa loi écrite dans nos cœurs (Psaume 40:8).

 

Les Enfants de Dieu ne doivent pas obéir à l’État.

Quand notre frère Paul était accusé par les Juifs pour  le fait que d’amener les hommes à adorer Dieu était contraire à la loi, les tribunaux du gouvernement de Rome ont refusé de juger les questions religieuses, car ils ont reconnu qu’ils n’avaient pas l’autorité nécessaire pour juger en matière de « libertés religieuses » (Actes 18:12-16). Il en fut de même pour les gouvernements avant Jésus-Christ (Jérémie 38:4-5).

Le Christ ne s’est jamais soumis, une seule fois, dans les Écritures à la loi de l’Empire Romain Il a dit que sa vraie famille n’était pas ses parents par le sang, mais seulement ceux qui « font la volonté de mon Père qui est dans les cieux » (Matthieu 12:50). Jésus-Christ, ni aucun des Serviteurs de Dieu d’ailleurs, n’a jamais rien dit à propos de faire « la volonté des hommes sur la terre », mais seulement la « volonté de votre Père qui est dans les cieux. »

Exemple # 1: Il y avait trois rois (le roi d’Israël, le roi de Juda, et le roi d’Edom) qui marchaient pour écraser un de leurs ennemis, les Moabites.

Dans le désert, ils ont découvert qu’il n’y avait pas d’eau pour tout le monde (2 Rois 3:9-12). Ils ont donc demandé à un prophète de l’Éternel, Elisée de les aider. Mais, dans 2 Rois 3:13, lorsque  le roi d’Israël a demandé de l’aide à Elisée, ce dernier lui a répondu :

« Élisée dit au roi d’Israël : Qu’y a-t-il entre moi et toi ? »

En d’autres termes, Elisée dit: « Je suis un serviteur de Dieu et  vous ne l’êtes pas! Je ne vais pas faire quelque chose seulement parce que tu es le roi! » Elisée va servir Dieu et il ne va pas servir même trois rois. Un roi a le pouvoir de lui couper la tête. Elisée s’est élevé contre trois rois et a dit: « Va vers les prophètes de ton père et vers les prophètes de ta mère. » Elisée avait compris qu’ils avaient une vocation différente et une approche différente de la religion. Mais, le roi d’Israël l’a prié en disant: « …l’Éternel a appelé ces trois rois pour les livrer entre les mains de Moab  ». En d’autres termes, ces rois et toutes leurs armées vont mourir ! Il s’agit d’une question de vie ou de mort.

Cette réponse a touché le cœur d’Elisée et il a décidé de faire quelque chose.

Danslivre2Rois 3:14, Elisée a dit: « L’Éternel des armées, dont je suis le serviteur est vivant … »

C’est la clé !

Ce n’est pas parce Elisée est d’un rang inférieur à ces trois rois ou parce qu’il a peur qu’ils le tuent qu’il accepte de faire ce qu’ils disent, mais parce que « l’Éternel des armées est vivant » et qu’il en est le serviteur.

Et, Élisée dit que s’il ne respectait Josaphat, le roi de Juda, il ne les aurait même pas regardés ! Maintenant, Elisée leur dit en plein visage qu’ils ne suivent pas les lois de Dieu, mais heureusement pour eux que  le roi Josaphat a cette réputation ( 2 Chroniques 17:3-4). Donc, à cause de lui, il va les aider à les sauver tous.

Exemple 2: Dans 2 Chroniques 16:7, le Seigneur a maudit Asa, roi de Juda, par  des guerres (verset 9), parce qu’il s’est appuyé sur un “roi” (gouvernement) et a fait un accord mutuel (licence, contrat) avec lui (verset 3), au lieu de compter sur le Seigneur. Il a également fait confiance aux médecins (verset 12).

Il y aura ceux qui peuvent penser que nous devrions « obéir à toute autorité du gouvernement ». Il est convenu que nous devons obéir à ce gouvernement institué par l’Esprit de Dieu en Jésus-Christ, mais certainement pas à un usurpateur ou au prétendant à Son trône. Souvenez-vous de ce que notre Père nous a dit:

livreOsée 8:4, « Ils ont établi des rois sans mon ordre, et des chefs à mon insu ; Ils ont fait des idoles avec leur argent et leur or ; C’est pourquoi ils seront anéantis. »

 

L’État n’est pas Dieu.

Notre Seigneur nous a appris à résister au mal, quand il dit: livre« tendez l’autre joue » (Matthieu 5:39). Résistez au mal et il fuira loin de vous (Jacques 4:7). Il ne nous est pas appris à renverser les gouvernements, mais d’en extirper toute la méchanceté. Nous devons renverser celui qui est impie et méchant en disant la vérité et en installant à sa place celui qui est pieux et saint. Le seul gouvernement légitime est celui qui gouverne selon la Parole de Dieu.

Il n’existe aucune commande dans la Parole de Dieu pour confesser l’État à la gloire de l’État:

livreRomains 14:11-12: « Car il est écrit: Je suis vivant, dit le Seigneur, tout genou [ y compris les autorités gouvernantes ] fléchira devant moi [ pas devant les hommes impies, comme les politiciens ], et toute langue donnera gloire à Dieu [ pas aux législateurs, aux avocats et aux juges ]. Ainsi chacun de nous rendra compte à Dieu de lui-même [ non à l'État, ou à des hommes qui travaillent pour un gouvernement impie ]. »

livrePhilippines 2,9-11: « C’est pourquoi aussi Dieu l’a souverainement élevé, et lui a donné le nom qui est au-dessus de tout nom, afin qu’au nom de Jésus [non pas le président, le gouverneur ou l'État] tout genou fléchisse dans les cieux, sur la terre et sous la terre, et que toute langue confesse que Jésus-Christ [non pas l'État ou des hommes qui utilisent les artifices de l'État] est Seigneur, à la gloire de Dieu le Père».

livreColossiens 1:16, « Car en ont été créées toutes les choses qui sont dans les cieux et sur la terre, les visibles et les invisibles, trônes, dignités, dominations, autorités. Tout a été créé par lui et pour lui [ pas pour la volonté des hommes ]. »

livreProverbes 17:15, « Celui qui absout le coupable et celui qui condamne le juste sont tous deux en abomination à l’Éternel. »

livreLuc 17:21, « On ne dira point : Il est ici, ou : Il est là. Car voici, le royaume de Dieu est au milieu de vous [ non sur une feuille de papier avec des codes, des règles, des règlements, des ordonnances et des lois faites par les hommes ]. »

Le 20e siècle est le siècle le plus violent de l’histoire humaine. La plupart des violences ont été commises par des « gouvernements ». La plupart des violences commises par des « gouvernements » l’ont été contre des innocents ou des civils non combattants. La plupart des violences commises par des « gouvernements » contre des innocents ou des civils non-combattants l’ont été contre « leurs propres» citoyens et non contre  des « ennemis » externes. Les lois faites par les hommes font des criminels des personnes parfaitement honnêtes (Esaïe 5:20) et ces mêmes lois récompensent les criminels aujourd’hui.

Le vrai serviteur du Christ sait que l’état n’est pas Dieu et qu’il doit être contrôlé par des lois strictement définis en fonction des Écritures. Même les païens savent que toutes les lois de l’État doivent se conformer à la Loi de Dieu:

« Dieu seul est le législateur de l’éternité ». Juge Henry Clay, Crimes de la Guerre Civile, 1868, pages 428-432.
« La loi est pour toute l’éternité. » Dictionnaire Légal Bouviers, 1914, «Maxim», page 2143. (Psaumes 90:2, 93:2, 145:13).

 

Libellus.

Les disciples du Christ du premier siècle étaient sous l’autorité militaire de Rome, une nation qui a proclamé ouvertement ses dirigeants, les César, comme étant divins. Tous ceux qui relevaient de la juridiction de Rome devaient, par la loi, proclamer publiquement leur allégeance à César, en brûlant une pincée d’encens et en déclarant: « César est le Seigneur ». Dès que les dispositions de cette loi étaient accomplies, les citoyens et les sujets recevaient un document en papyrus appelé un « libellus », qu’ils devaient présenter lorsqu’ils étaient arrêtés par la police romaine ou lorsqu’ils tentaient de faire du commerce dans le marché romain, ce qui augmentait la difficulté des « achats ou des ventes » sans cette marque. De cette façon, la société romaine demeurait fermée à quiconque n’était pas disposé à respecter, lui-même ou  sa famille, la religion établie du culte de César (étatisme). C’est l’essence même des avertissements des Ecritures aux premiers disciples du Christ contre l’acceptation pour eux-mêmes de la « marque de la bête ».

Il convient de rappeler que « de faire la guerre aux saints, et de les vaincre » (Apocalypse 13:7). Nos frères et nos sœurs ont été déchirées par les animaux sauvages dans le Colisée Romain et utilisées comme des bougies vivantes dans les jardins de Néron, parce qu’ils avaient refusé d’offrir la plus petite pincée d’encens en son nom et de proclamer que lui et non le Christ, était le Seigneur. En substance, ils ont refusé de se soumettre à des permis (autorisations) de l’État pour vivre et prier, comme Dieu l’avait ordonné. Ils n’ont pas été mis à mort parce qu’ils croyaient dans le Christ. A Rome, vous pouviez croire en tout ce que vous vouliez croire, tant que vous ne juriez que par le génie de César. Les disciples du Christ ont été mis à mort, non pas parce qu’ils croyaient en Jésus-Christ, mais parce qu’ils étaient considérés comme des traîtres et des individus de la trahison, parce qu’ils avaient refusé de prêter allégeance à l’État.

Pour un Disciple du Christ, la désobéissance et l’infidélité envers Dieu est de l’idolâtrie, c’est une trahison. L’étatisme est la notion que l’État ou le gouvernement a toujours raison et que l’État ou le gouvernement ne peut pas être dans l’erreur. C’est de l’idolâtrie, parce que cela  attribue à l’homme ce qui appartient à Dieu seul. Toute personne qui dit: « Le gouvernement ne peut pas être dans l’erreur » ou « le gouvernement a toujours raison » dit que « le gouvernement prend la place de Dieu. » La Parole de Dieu ne donne pas à l’État le pouvoir ou l’autorité d’aller au-delà de la Parole de Dieu. Le fait d’attribuer le pouvoir, l’autorité, le respect, la soumission ou n’importe quoi d’autre à l’État, au-dessus de la Parole de Dieu, est de l’idolâtrie. L’État n’a pas de « Sagesse Infinie » car seul Dieu détient la Sagesse Infinie.

 

Réponses à certaines questions.

1 - Qu’en est-il dans livre’Hébreux 13:17: « Obéissez à vos conducteurs et ayez pour eux de la déférence, car ils veillent sur vos âmes … » ?

Réponse: Quand les Ecritures parlent d’obéir et de se soumettre à ceux qui ont l’autorité sur nous, Sa Parole ne parle pas des gouvernements païens, mais des

« dirigeants » au sein de l’assemblée du Christ. Remarquez attentivement que ce verset parle des dirigeants qui « veillent sur vos âmes. » Les gouvernements humains ne peuvent pas gouverner ou veiller sur les âmes de chacun, car ils ne peuvent gouverner que par des gestes extérieurs, pas sur l’être intérieur. Mais les vrais leaders spirituels ne surveillent que nos âmes.

Ceux qui dominent sur toi, dans Hébreux 13:17, sont spécifiquement définis quelques versets plus tôt dans:

livreHébreux 13:7 par : « Souvenez-vous de vos conducteurs qui vous ont annoncé la parole de Dieu ; Considérez quelle a été la fin de leur vie, et imitez leur foi. »

Comme nous pouvons le voir, les Écritures elles-mêmes définissent ces

« dirigeants » comme étant ceux qui parlent de la Parole de Dieu et qui ont la foi. Les gouvernements laïques évitent et interdisent souvent, de parler de la Parole de Dieu dans leur système, en interdisant les prières dans leurs écoles et en les remplaçant par des fourberies comme « la théorie de l’évolution » et en éliminant les « Dix Commandements » de leurs salles d’audience. Ce ne sont pas les dirigeants auxquels nous devons nous soumettre.

2 - Qu’en est-il de livre1 Pierre 2:13, « Soyez soumis, à cause du Seigneur, à toute autorité établie parmi les hommes … » ?

Réponse: Tout d’abord, nous devons comprendre que ce verset partiel n’est que cela, un verset partiel. C’est une citation flagrante d’un « texte de preuve » de la Parole de Dieu en dehors de son contexte pour créer une interprétation

« privée ». Si le verset entier et sa suite, n’est pas cité, la Parole du Père devient perverse. Regardons ce que notre frère Pierre a écrit, dans son contexte, afin que pouvoir éviter la pollution des autres:

livre1 Pierre 2:13-14, « Soyez soumis, à cause du Seigneur, à toute autorité établie parmi les hommes, soit au roi comme souverain, soit aux gouverneurs comme envoyés par lui pour punir les malfaiteurs et pour approuver les gens de bien. »


Remarquez que le pouvoir ordonné que Dieu a donné aux « autorités » est de punir les malfaiteurs et de récompenser ceux qui le font bien. Les seules ordonnances auxquelles nous devons obéir sont celles qui se conforment à cette vérité. Si une ordonnance ne punit pas le mal ou ne récompense pas le bien, alors nous ne devons lui donner aucune obéissance, car c’est le seul pouvoir que Dieu a donné aux « autorités gouvernantes ». Tout ce qui se trouve au-delà de ces deux fonctions ne fait que créer la tyrannie.

Deuxièmement, l’autorité dans ce passage ne signifie pas la loi de l’homme. Mais, lorsqu’une loi est une création de l’homme, tant qu’elle punit les méchants et récompense les bienfaisants, il faut lui obéir.

Troisièmement, ce passage ne s’applique qu’à la soumission de la chair ou  de votre propre volonté  aux gouvernements mondiaux (2 Pierre 2:10), parce que ces gouvernements règlent et contrôlent les œuvres de la chair et non le renouvellement de l’esprit dans le Christ Jésus. Felix Frankfurter était un juge de la Cour Suprême des États-Unis au cours des années 1940-1960 et dans une affaire judiciaire intitulée West Virginia State Board of Education vs Barnett en 1943  voici ce qu’il a déclaré: « Les lois faites par les hommes se préoccupe du comportement externe, et non de la vie intérieure de l’homme ». Les gouvernements humains sont dans la morphologie et non dans le renouvellement de l’homme intérieur. Ils n’ont pas cette capacité (1 Corinthiens 2:14) et ils savent quelles sont leurs limites.

3 - Jésus nous a-t-il enseigné de nous soumettre même aux autorités gouvernantes diaboliques lorsqu’il nous a dit de « Matthieu 5:39) ?
Réponse: Même le Christ Lui-même n’a pas présenté littéralement l’autre joue lorsqu’il a été  frappé par un membre du Sanhédrin (Jean 18:22-23) ou lorsqu’il a été frappé au visage par les gardes romains (Matthieu 26:67-68, Marc 14:65, Luc 22:64).

Matthieu 5:39 parle de la coutume des Romains, quand un supérieur exigerait l’obéissance d’un inférieur. Le Christ faisait preuve de mépris pour eux quand il a dit de présenter l’autre joue. Lorsque frappé par un supérieur romain au premier siècle, vous deviez tomber à genou ou mettez votre front dans la poussière devant eux. Leur présenter l’autre joue était un acte très provocant lorsque vous étiez frappé au visage. Nous ne devons pas résister avec violence, bien sûr, mais avec l’amour. Ceci est vraiment résister au mal.

4 - En présentant simplement l’autre joue pour qu’il puisse vous frapper, vous refusez de partager le mal qui résulte de votre agenouillement devant un homme et en même temps, vous n’utilisez pas la violence. Nous devons (Romains 12:21). Vous lui démontrez, par amour, que vous ne pouvez-vous agenouiller que devant le Seigneur et que vous ne vous agenouillerez jamais devant un homme. Vous lui démontrez que vous placez les commandements de Dieu au-dessus des commandements de l’homme, quelles qu’en soient les conséquences. Vous êtes prêt à prendre la punition et vous êtes prêt à être « frappé de nouveau » par vos ennemis, mais que vous allez demeurer fermes dans la Loi d’Amour de Dieu. En prenant une telle position, celui qui vous frappe peut très bien fuir loin de vous (Jacques 4:7).

Les Écritures disent-elles de nous entendre avec notre adversaire ? (Matthieu 5:25) Puis, d’obéir aux gouvernements ?
Réponse: Encore une fois, ce verset est pris hors contexte. Si vous lisez les versets 22-25, vous pouvez voir que ce passage s’applique uniquement à votre

« frère » dans le Christ, qui est devenu votre adversaire. Jésus insiste pour ne jamais se mettre « en colère contre son frère sans raison » (verset 23), puis de se

« réconcilier avec ton frère » (verset 25), Jésus souligne de s’entendre avec ton frère, parce qu’il ne veut pas que ses enfants aillent devant un tribunal l’un contre l’autre (1 Corinthiens 6:1-8). Nulle part dans les Ecritures entières le terme frère ne s’applique à un ennemi. Matthieu 5:25 dit de s’entendre avec « ton » adversaire  et il ne dit jamais de s’entendre avec « ton adversaire ». Si une Assemblée du Christ devait obéir à un gouvernement illégal, alors les portes de l’enfer prévaudraient contre elle (Matthieu 16:18).

5 - L’église chrétienne ne doit pas être politique, il ne faut pas mélanger la politique avec la religion.
Réponse: Nous devrions apprendre de nos étapes passées à travers l’histoire et le temps  pour ne pas les répéter sans cesse jusqu’à ce qu’elles deviennent la norme. Les populations des nations chrétiennes ne peuvent pas se retirer dans le confort et la sécurité de leurs magnifiques cathédrales, s’asseoir dans leurs sièges confortablement rembourrés  et regardez le monde autour d’eux s’en aller en enfer. Faire ainsi est une trahison à la véritable Église et une négation de la puissance de Sa Parole. Un des outils les plus habiles dans l’arsenal de l’ennemi, utilisé pour faire taire et intimider les chrétiens et les chasser des lieux publics, est le grand mensonge connu sous le nom de la « séparation de l’Eglise et de l’État. » La séparation de l’Église et de l’État est un mensonge. Dieu n’a jamais mis de murs entre eux. Il n’existe pas de telle déclaration dans la Constitution des États-Unis. Notre Constitution prévoit la liberté religieuse, pas la liberté des religions.

L’Allemagne a appris cela en 1934 quand une réunion extraordinaire s’est tenue dans la capitale allemande de Berlin. Hitler était chancelier depuis un peu plus d’un an et amenait l’Allemagne à travers un processus appelé « glichshaltung », ce qui signifiait essentiellement à l’époque  « coordination ». Tout, y compris l’église, était réaligné dans les termes de la nouvelle philosophie national-socialiste d’Hitler. Des protestations publiques avaient déjà commencé puisque les gens s’opposaient à cette ingérence dans l’église. Pour contrer ce rejet retentissant du peuple, Hitler a rassemblé les plus importants prédicateurs de l’Allemagne dans l’édifice de la Chancellerie pour les rassurer afin de faire taire leurs critiques. Hitler leur a dit que leurs subventions de l’État continueraient, que leurs exemptions fiscales seraient maintenues  et que l’Eglise n’avait rien à craindre d’un gouvernement nazi.

Un jeune prédicateur, Martin Neimuller, a pris la parole à ce rassemblement et s’est opposé directement à Hitler. Les autres prédicateurs sont demeurés dans un silence de glace pendant que Neimuller se frayait un chemin à travers la foule jusqu’au chancelier allemand, pour finalement arriver face à face avec lui et a dit avec toute son assurance et ses croyances chrétiennes : « Heir Hitler, notre souci n’est pas pour l’église. Jésus-Christ prendra soin de son Église. Notre souci est pour l’âme de notre nation. » Pendant que Neimuller était entraîné par ses collègues, les ministres chrétiens, Hitler a astucieusement déclaré : « L’âme de l’Allemagne … vous pouvez me laisser ça ! » Et c’est exactement ce que l’Eglise d’Allemagne a fait ; Ils ont séparé l’Église de l’État à partir de ce jour jusqu’à ce que, quelques années plus tard, leur nation ait été complètement détruite. L’Amérique, comme tant d’autres nations, continue à faire la même chose aujourd’hui.

 

Conclusion.

La Loi de Dieu n’est pas une loi privée, mais une loi universelle. Sa loi parle de délits qui affectent la collectivité et l’âme de toute l’humanité. Tous font partie de l’ensemble, et tous souffrent quand la loi est banalisée, ridiculisé et, le pire de tout, remplacée par une invention inévitablement inférieure de la raison de l’homme. Jésus a dit :

livre« Celui qui n’est pas avec moi est contre moi… » (Matthieu 12:30, Luc 11:23).

Par conséquent, tout gouvernement qui n’est pas avec Lui, ou qui est neutre, est contre Lui.

Mentionnez l’obéissance à la Loi de Dieu et de nombreux « chrétiens » vous accusent d’être « légaliste ». Mais, ceux-là mêmes qui nous appellent légalistes sont eux-mêmes de vrais légalistes à tous les codes, règles et règlements que passe César. Le « légalisme » est l’adhésion à la « forme » et non pas à la « substance » de la loi. Ils obéissent à la volonté de César sans même s’inquiéter de savoir s’il a raison ou s’il est dans l’erreur. Ils le font à l’aveuglette et cette foi aveugle est en un faux sauveur. Ils sont eux-mêmes des « légalistes » envers les lois de César. Ils craignent l’homme et gardent ses commandements parce qu’ils croient que c’est leur « devoir ». Bien, voyons ce que Dieu peut nous dire comme conclusion …

livreEcclésiaste 12:15, « Écoutons la fin du discours : Crains Dieu et observe ses commandements. C’est là ce que doit tout homme. »

Remarquez que nous devons craindre Dieu (pas l’homme) et conserver ses commandements (pas les commandements des hommes), car  c’est le devoir entier de l’homme (nous n’avons aucun devoir envers quiconque, sauf Dieu). La seule chose que nous devons à l’homme est

livre« de s’aimer les uns les autres: Car celui qui aime les autres a accompli la loi » (Romains 13:8).

Dieu jugera ceux des gouvernements, particulièrement ceux qui agissent comme des dieux eux-mêmes en enseignant le contraire de la volonté de Dieu:

Sagesse de livreSalomon 6:1-8: « Écoutez donc, ô rois, et comprenez, apprenez, vous qui être juges des extrémités de la terre. Prêtez l’oreille, vous qui dirigez les gens et la gloire dans la multitude des nations. Parce que le pouvoir vous a été donné par le Seigneur et la souveraineté par le Très-Haut qui vérifiera vos œuvres et examinera vos conseils. Parce que, étant ministres de son royaume, vous n’avez pas jugé dans la justice, ni observé la loi, ni marché selon les conseils de Dieu ; Horriblement et rapidement viendra-t-il sur vous avec un jugement vif provenant des endroits élevés. Parce que la miséricorde pardonnera bientôt les plus simples: Mais les hommes puissants seront tourmentés énormément. Parce que celui qui est Seigneur de tous ne crains aucun homme et n’a aucun respect pour la grandeur d’un homme, car il a créé les petits et les grands, et prend soin de tous de la même manière. Mais un jugement éprouvant viendra sur les puissants. »

bouche

Souvenez-vous que la seule chose nécessaire pour que la méchanceté puisse triompher est que, les hommes de bien ne fassent rien, ne disent rien.

Si les hommes livre obéissaient à Dieu plutôt qu’aux hommes » (Actes 5:29), ce monde  deviendrait un bien meilleur endroit.

http://www.ecclesia.org/truth/lawgiver.html

Traduit par Oscar Blais

 

 

RETOUR AU SOMMAIRE
M'envoyer un mail
HAUT DE PAGE

©2003 Bible et découvertes --- Toutes reproductions autorisées en citant http://bibleetdecouvertes.free.fr ---Webmaster Alain ENTZ